Rechercher
  • Christophe Cappelli

Le yoga et la religion : la notion d'Ishvara



Je lis ici et là que le yoga est une religion.

J’emprunte ici une réflexion sur les yoga sutra de Patanjali de Frans MOORS, et notamment l’aphorisme sur « Ishvara »

Le yoga classique n’est autre que celui de Patañjali. Lorsqu’un doute surgit, c’est d’abord vers cet auteur et ses yoga-sûtra qu’il convient de se tourner. Or quelle est la définition du yoga chez Patañjali ?

I.2 " Le yoga est l’arrêt des distractions du mental " (yoga-citta-v≠tti-nirodhaÌ).

I.3 " Alors se révèle notre Centre, établi en lui même "

Dès le début, le texte définit le yoga comme un état particulier du mental. Cet état peut résulter d’une démarche religieuse, ou non, mais il ne faut pas confondre le moyen avec le but ! Il n’est nullement question « d’union » [avec Dieu] comme certains aimeraient nous le faire croire, mais bien d’une « désunion » (vi-yoga) d’avec la méprise, l’ignorance, la confusion, et la douleur que celles-ci entraînent.

Patañjali nous a donné l’ouvrage le plus complet car il aborde tous les aspects du yoga : l’éthique et le relationnel (yama), les disciplines personnelles (niyama), le physique (æsana), le respiratoire (præßæyæma), la concentration (dhæraßæ), la méditation (dhyæna), le dévotionnel (Īśvara-praßidhæna), l’absorption (samædhi), l’émotionnel, le pédagogique, le psychologique, etc. (væsana, saµskæra, bhævana…).

Il montre les pièges sur la voie et propose de nombreuses solutions pratiques.

D’ailleurs l’hindouisme rejette le yoga par la voix du vedænta et de ses brahma-sutra (2.1.3) :

- parce que le yoga présente Īśvara comme un choix et non un dogme ;

- parce que pour le yoga, Īśvara est un « moyen » alors que pour le vedænta, Dieu est le but ;

- parce que selon Patañjali, Īśvara est source de connaissance « seulement » au lieu d’être présenté comme « Dieu Créateur » ;

- parce que pour le yoga, les bénéfices de la relation et de la dévotion au Seigneur (Īśvara-praßidhæna) sont la découverte de soi et la disparition des obstacles. Pour le vedænta, il s’agit de « devenir » Dieu.

Dans les yoga sutra, Īśvara indique quelque chose de supérieur, c’est-à-dire ce qui pour telle ou telle personne est supérieur, absolu, sans égal. Pour le « croyant », c’est son Dieu ou sa conception de Dieu, pour l’athée ou l’agnostique, c’est autre chose…

Īśvara n’est nullement Dieu ou un dieu au sens où nous pourrions l’entendre, mais un couple : Īśvara (masculin) et îśvarî (féminin), Shiva – Shakti dans le Tantrisme

Les différentes lignées de yoga sont colorées culturellement. Le yoga de l'Energie est un Hatha - Yoga d'inspiration Tibétaine. L'approche s'est actualisée au fil des siècles.

Ici, chacun est libre de penser ce qu'il veut sur le sujet. Pas de dogmatisme !

Bonne exploration et bonne route sur le chemin ...